Forum de Occupy Grenoble Index du Forum
Forum de Occupy Grenoble
Forum du mouvement des indignés Grenoblois
 
Forum de Occupy Grenoble Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Les Jeux Olympiques des Indignés

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de Occupy Grenoble Index du Forum -> Bienvenue sur le forum Occupy Grenoble ! -> Salon
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Anonyme


Hors ligne

Inscrit le: 09 Nov 2011
Messages: 10
Localisation: Melbourne

MessagePosté le: Mer 9 Nov - 21:20 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Cher(e)s indigné(e)s,           



  Le plan d’austérité annoncé lundi par François Fillon, dans le rôle du clown blanc, est supposé endiguer la crise économique qui frappe actuellement la France, comme la Grèce et le monde entier. Ce qui ne résoudra rien mais qu’importe, puisque ce n’est pas à nous d’en payer les conséquences. 
  Cependant notre incapacité à nous unir et à construire massivement devant cette crise avant tout démocratique et morale, nous poussent, en réaction à l’individualisme ambiant, et au principe même d’austérité, à mettre en commun les moyens de subsversion d’un soulèvement globalisé, et à populariser une nouvelle forme d’action : pour rallumer la flamme, inventons les Jeux Olympiques des Indignés.


  Saluons au passage la courageuse décision de Georges Papandréou, et afin de donner plus de voix encore aux humiliés et aux insoumis – ou ceux qui le deviennent – voici les bases d’un projet à développer ensemble.


  Les motifs de l’indignation et les idéaux alternatifs sont nombreux, et ceux qui les défendent le sont également de plus en plus. Mais où se trouve ce qui reste véritablement de dignité et de fierté pour beaucoup d’entre nous ? Et que nous voyons devenir omniprésent, et cependant divisionnaire, vénal et déshonorant : je veux parler du loisir, et notamment du sport,  qui porte originellement un espoir de fraternité, ainsi qu’une confrontation des conceptions de l’homme et de ses valeurs : une énergie profondément spirituelle.


  Pourtant le sport, et par extension, disons le divertissement, est vécu, par la plupart de manière passive. De même que l’imposture des médias en général, qui n’est surmontable qu’individuellement. Difficile à concevoir pour la jeune génération, et le même problème est là, béant : où sont les alternatives aux loisirs malsains qu’on nous assène (TV, jeux vidéos, réseaux sociaux, hédonisme forcené,etc.), et que guident les désillusions et la peur de l’autre ? Où sont nos jeux de société ?


  L’alternative à visage humain réside principalement dans la manif, qui comme d’autres formes semblables d ‘engagement politique, sont marginalisées car ennuyeuses et quasi-inutiles. De fait, la jeunesse se désolidarise. On s’aperçoit qu’on tourne en rond : il nous faut faire du neuf avec du neuf. Quelquefois des chants, des pique-niques ou des actions symboliques sauvent la face, cela va dans le bon sens.


  Une bonne ambiance est nécesaire au bon déroulement de notre mouvement, mais n’en est-elle pas même la finalité ? Mettons donc l’accent sur des évènements populaires (sportifs, concerts de soutien, actions originales, etc.) aux endroits symboliques des aberrations que nous rejetons, c’est-à-dire les hauts-lieux de la finance ostentatoire. 
 
  Les Jeux Olympiques des Indignés proposent de nouvelles formes d’actions, basées sur notre droit le plus fondamental : le plaisir. Il importe de nous le réapproprier, d’en devenir les démiurges : en un mot ré-apprendre à s’amuser. De façon constructive certes, mais comprenons bien que le monde que nous voulons passe par l’unité d’une ferveur solidaire, d’une dynamique venue d’en bas : ce contre quoi toute diabolisation et toute opposition est vaine. Nous ne prétendons pas ici avancer nos solutions, mais s’en donner les moyens.


  En glorifiant nos propres idées originales, il s’agit de rendre les gens fiers d’être indignés, en exposant au grand jour et en confrontant notre différence aux mensonges d’une bureaucratie destructrice.


  Ayons la volonté d’une dénonciation efficace d’un monde où les relations entre êtres humains sont devenues tristement protocolaires, au sein même de ce système dit de ’libre-échange’. Les moyens que nous prônons sont la démonstration en actes du refus de l’austérité qu’on nous prédit, qui est elle-même une atteinte au droit inaléniable de l’homme de jouir de sa vie, et un affront de la part des institutions telles qu’elles sont, à savoir les garantes de la liberté des spéculateurs parasites (à la fois initiateurs et bénéficiaires de la crise). Tandis que nous regardons ailleurs, vers nos distractions préfabriquées par le profit et trop souvent addictives, dégradantes, homophobes, misogynes ou paternalistes.
  En proclamant ces jeux de manière autonome, nous exprimons notre défiance à l’égard d’une politique à double mesure : libérale et liberticide. Le boycott de ces valeurs par des jeux olymiques alternatifs confère à la subversion militante une nouvelle signification, populaire et créatrice. Que l’on puisse mesurer la portée d’un lancer de trader comme celle d’une oeuvre d’art, mais plus seulement par la performance, qui empêche toute émergence qualitative.


  Prenons exemple sur le mouvement pour les droits des homosexuels. Qu’est-ce qui a le plus oeuvré à bouleverser l’opinion publique en leur faveur ? Non pas des AG à répétition, des tracts, et encore moins des processions funéraires : c’est la Gay Pride, qui est une manifestation populaire et festive, et par conséquent médiatique.


  Il importe également que les indignés s’inspirent des idées de tous les peuples qui s’insurgent actuellement - mais trop isolés - contre un ordre injuste. Nous proposons donc de rassembler et mettre à la disposition de tous, les outils propres à la protestation pacifique, artistique et militante, sous forme d’affiches, de brulôts, de chansons, de slogans, etc., ainsi qu’à en proposer et en démocratiser de nouveaux, qui, une fois réalisés, seront eux-mêmes retransmis sur un éventuel site internet à vocation internationale. Quitte à considérer ce mouvement comme le levier primitif de l’entrée dans le XXIe siècle, autant s’en donner les moyens.


  Ce n’est pas de la démagogie, mais une forme de discipline (ce dont nous manquons cruellement, ne serait-ce que pour faire la fête), vers une mise en commun des expériences et une convergence des efficacités, tout en permettant un regard lucide et panoramique sur l’état des luttes dans le monde.


Observons le mouvement d’occupation de la Défense qui a débuté le 4 novembre. Le symbole qui est attaqué est judicieux, mais y en ajoutant un véritable esprit d’équipe et l’abstraction de l’imagination, on constate que le sombre édifice qui y trône constitue les plus grandes cages de foot du monde, et ainsi jusqu’à s’apercevoir que la statue de la liberté  en est le gardien de but : il suffit de viser loin.


  Les Jeux Olympiques oeuvreront sans limitation de durée, et dans tous les endroit où l’enthousiasme humaniste a encore pied. Et puisqu’on peut construire de belles choses sans démolir la chaussée, par la truculence de la désobéissance civile et le truchement de la non-violence.


  C’est notre faculté à nous constituer de manière spontanée en équipes de foot, en collectifs de traducteurs, d’artistes et de performeurs, à  nous approprier le théâtre de la rue,  en organisant des concerts à l’improviste ou des actions réfléchies, qui déterminera si par la volonté du peuple dans l’expression enthousiaste de ce qu’il porte en lui de plus imprévisible, si oui ou non nous sommes réelllement  une force d’initiative et de volontariat, capables de présider bientôt à notre propre destinée.


  Indignés grenoblois et d’ailleurs, après le discours tristement célèbre que le Président Sarkozy a prononcé en juillet dernier dans notre ville sur le thème de la haine raciale, oserez-vous le renvoyer aux annales des heures les plus sombres de notre histoire ? En proclamant ici-même ou vendredi prochain, le 11.11.2011, l’ouverture des Jeux Olympiques des Indignés, et à agir en conséquence, sur la toile et dans les rues, dans l’esprit d’une indignation populaire et originale, globale et salutaire.
 
Parce que l’inaptitude des gouvernements n’a d’égal que leur insolence. Parce qu’ils ne veillent plus à nos intérêts : ni eux, ni leurs médias corrompus, ne nous représentent plus.


Parce que le circuit politique n’est pas ouvert aux gens comme nous.
Parce que  la haine et la peur ne rendent pas plus intelligents.
Parce que nous avons tout à gagner, à refuser l’austérité en s’amusant à changer le monde.
Parce que le jeu ne doit pas être un divertissement, mais bien un moyen et une fin en soi. Soyons organisés et ostentatoires, et comprenons-le bien : notre capacité à prendre du plaisir sera notre lutte finale.


Nous sommes 99 pourcent d'Epicure, 99 pur-sangs lancés à toute allure !
 
 ‘Chaque jeu contient l’idée de la mort.’  Jim Morrison        
N’aspire pas, ô mon âme, à la vie éternelle, mais épuise le champ du possible.’  Pindare, dans un hymne aux Jeux Olympiques de Delphes.
 
PS : Il s’agit de l’adaptation de mon article paru sur Agoravox, adapté spécialement pour les insurgés grenoblois qui le méritent bien... Bon, on la prend cette Bastille ?!


Au fait...
   D’où vient  cette idée de protester le 11 novembre à la manière d’un cortège funéraire pour pleurer la fin de la démocratie ? Le résumé de l’action nous dit : ‘Venez en noir, nous sommes en deuil’. Force est de constater que c’est justifié, mais l’humour noir militant est à double tranchant. 
Attachons-nous aux symboles, soyons cyniques, c’est de bonne guerre, mais que ça ne devienne pas une habitude : ce n’est pas et en déclarant la fin d’un rêve que l’on y change quoi que ce soit : soyons positifs et créatifs, nous sommes l’espoir avant tout ! 
  Ou alors allons-y à fond : avec des slogans adaptés, une messe en latin, des femmes éplorées s’arrachant les nichons, des lépreux, des brancards, des prophètes ! La vocation de la manif c’est de rallumer la flamme, et pas d’éteindre les lumières. Quelle est la prochaine étape ? Profaner la tombe de Jean Jaurès ? 





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 9 Nov - 21:20 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Zora


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2011
Messages: 150
Localisation: 38

MessagePosté le: Mer 9 Nov - 22:59 (2011)    Sujet du message: Clown grognon Répondre en citant

Je ne sais pas trop quoi en penser, je n'ai pas assez d'expérience d'actions collectives dans les rues.
Sans doute que ça peut être bien de pratiquer la dérision, de se faire plaisir. Vu qu'un mouvement comme ça, s'il prend, risque de durer très longtemps (sauf si vraiment il prenait en très grand ! lol), autant faire des choses intéressantes, ça aide à tenir le coup !
Mais pour moi, la forme des actions n'est pas le plus important.
Ce sont plutôt le fond et les objectifs qui le sont.
Ce qui compte d'abord c'est l'engagement et la volonté de changement des personnes, de savoir si un début de projet collectif radicalement alternatif émerge ou pas.
Car un mouvement avec des individus nuls en com, nuls en déguisements et en musique, mais qui sont ouverts et déterminés, qui proposent et qui construisent, ça peut marcher quand même. Car le but n'est pas d'amuser les médias, de faire la fête ou de distraire les passants.
Tandis que l'inverse, des personnes très douées pour la mise en scène des actions, la fête, la com, mais pas très avancées sur un projet d'alternative, ...ça donne des artistes-activistes doués, mais pas une révolution capable de construire une véritable société.

L'idéal serait alors d'avoir les deux vous me direz. Mais est-ce compatible ?
Si des artistes de rue nous rejoignent et apportent leurs techniques...?

A un moment, je me demande si l'auteurE de cet article n'est pas un peu une sorte de "provocateur", qui se fout de la gueule des indignés, ou veut nous inviter à réfléchir aux actions qu'ils jugent beaucoup trop "légères" ? Peu importe...

En tout cas, sans doute qu'il faut arriver à se décoincer, à débrider l'imagination...
_________________
:: Le réformisme est l'art de changer tout ce qu'il est nécessaire de changer pour que rien ne change ::


Revenir en haut
Anonyme


Hors ligne

Inscrit le: 09 Nov 2011
Messages: 10
Localisation: Melbourne

MessagePosté le: Mer 9 Nov - 23:42 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

L'auteur ne se fout de la gueule de personne, Zora, je t'en assure.
Provocateur dans la vie, mais quand il s'agit des millions de personnes qui s'insurgent, je pèse mes mots.
Et tant mieux si ça fait réfléchir car je le répète, il s'agit d'un projet à définir ensemble, 
et que je résume une nouvelle fois :
1) populariser une nouvelle forme de subversion, populaire, basée sur la désobéissance civile non-violente 
2) rassembler tous les moyens d'agir des luttes en cours, de partout. Et zou, on en fait un site internet.


Pour l'instant, le seul avantage de ce texte est de permettre l'union du fond et de la forme : la démonstration en actes (j'ai quelques idées, mais j'attends une approbation sur le principe) de notre société telle qu'on la rêve - militants ou pas - et ainsi confrontation des idéaux, et plus besoin des médias alignés, les français parlent aux français, et grâce à 1), au reste du monde. Et on a plus qu'à construire avec des gens à l'écoute. Tout ce qui empêche notre révolution, c'est l'indifférence et l'individualisme. Une fois le mur abattu, les mentalités ont déjà évolué.


Je participe aux manifs dès que l'occasion se présente, mais lorsque j'analyse d'un regard extérieur, ça me donne pas envie de rejoindre le cortège j'avoue. L'argument des jeunes (j'ai 21 ans) c'est qu'ils ont toujours mieux à faire.
Ca se discute.. mais là n'est pas la question : il faut faire en sorte qu'ils n'aient rien de mieux à faire (ex. gay pride un peu rude c'est vrai) avec l'intuition que les manifestations (aux sens larges) vont dans le sens de l'Histoire.


Mais je reviens vers toi Zora, j'attends ta pierre à l'édifice. 


PS : je hais les smileys, mais je ne te méprise pas pour autant !


Revenir en haut
Zoe Disère


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2011
Messages: 84
Localisation: grenoble

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 00:12 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Je trouve que l'idée d'y aller à fond avec les pleureuses et tout le toutim c'est pas mal. J'avais vendu cette idée l'an passé pour l'enterrement des retraites mais ça n'avait pas pris.
Je trouve qu'un côté "ludique" c'est pas mal non plus. Comme disait l'autre "la situation est grave mais pas désespérée" donc ...
_________________
"Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue" (Victor Hugo)


Revenir en haut
Zoe Disère


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2011
Messages: 84
Localisation: grenoble

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 00:42 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Bien j'ai enfin eu le temps de tout lire.
Je ne suis pas tout à fait convaincue mais je pense qu'on peut piocher des idées. Comme je le disais, un côté ludique et à la fois pédagogique ne sera certes pas néfaste au contraire. C'est à travailler.
_________________
"Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue" (Victor Hugo)


Revenir en haut
Zora


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2011
Messages: 150
Localisation: 38

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:13 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Pardon d'être un peu "parano" parfois.

Je suis peut-être vieux jeu, mais un mouvement de contestation n'a pas pour fin le jeu. Ou alors je n'ai pas compris ce que tu places sous le mot "jeu".
S'il faut refuser l'austérité, il faut aussi être réaliste, changer le monde ne peut pas toujours être amusant. Car il y a des moments difficiles et des remises en cause douloureuses.
Mais oui, il ne faut pas jouer les martyrs ni s'auto flageller, et toujours s'entraider fraternellement au lieu de se quereller.

Sinon, d'accord pour éviter la haine et la peur, et pour la subversion avec de la désobéissance non-violente.
Je ne comprends pas bien ce que veut dire " rassembler tous les moyens d'agir des luttes en cours". Répertorier des techniques d'action ?

J'aime bien aussi " la démonstration en actes de notre société telle qu'on la rêve", à préciser svp.

Et oui, il ne faut pas compter sur les médias alignés. D'autant que là ils vont se focaliser sur les élections 2012.

Je me méfie de l'idée de créer un mouvement très séducteur sur la forme, car si les gens adhèrent juste parce que la forme est sympa, ils ne vont pas rester longtemps et ça ne va pas aller loin. Un concert de rock avec des paroles révoltées n'a jamais créé un mouvement révolutionnaire.

En résumé, des pistes intéressantes, à développer, merci.

PS : Pour le 11, il s'agit de dire qu'il n'existe pas hélas de démocratie, pas qu'on ne croit plus en l'idée démocratique
_________________
:: Le réformisme est l'art de changer tout ce qu'il est nécessaire de changer pour que rien ne change ::


Revenir en haut
Anonyme


Hors ligne

Inscrit le: 09 Nov 2011
Messages: 10
Localisation: Melbourne

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:31 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

J'aime bien aussi " la démonstration en actes de notre société telle qu'on la rêve", à préciser svp.
Pour préciser Zora, il s'agit d'inciter tout le monde à faire ce qui leur plaît, en réfléchissant à une subversion solidaire, et désolé de le dire : populaire. Avec tout un tas de loisirs alternatifs et ostentatoires. 
Ce que j'entends par le jeu c'est ça : apprendre à créer ensemble, à réinventer nos vies, ce qui est il me se semble la finalité de tout mouvement de contestation.
Et "répertorier les moyens d'actions" : je  te cache pas que c'est pour garder la main sur un mouvement que nous voulons non-violent et global : proposer des idées dans un cadre à peu près réglo.
Pour tout dire, ce que j'aimerais : c'est des vidéos où une communion solidaire exulte à tel point que tu n'aie plus qu'une envie c'est d'embrasser ses voisins (voir la couv' du Charlie de cette semaine).
Mettre en pratique un monde d'échange libre.
A vous.
Et salut à toi Zoé.


Revenir en haut
Zora


Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2011
Messages: 150
Localisation: 38

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 11:50 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

ok merci, très intéressant.
Faudrait en discuter lors d'assemblées, faire des essais dans ce sens ?
Ca rejoint ce que je dis, plutôt que toujours s'échiner sans fin à lutter contre, commencer à construire pour.
A suivre...
_________________
:: Le réformisme est l'art de changer tout ce qu'il est nécessaire de changer pour que rien ne change ::


Revenir en haut
Anonyme


Hors ligne

Inscrit le: 09 Nov 2011
Messages: 10
Localisation: Melbourne

MessagePosté le: Jeu 10 Nov - 13:08 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Le problème de ce site, c'est qu'on ne trouvera que des gens d'accord !!Allons chercher les autres ! 

Revenir en haut
slyfennec


Hors ligne

Inscrit le: 29 Nov 2011
Messages: 12
Localisation: Saint-Martin-Le-Vinoux

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 21:56 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Entièrement d'accord avec ce que notre anonyme propose (je crois savoir de qui il s'agit du coup ;o).


Ce mouvement, qui se veut une réappropriation de l'espace public, peut passer par des formes démonstratives, voire spectaculaires pour permettre aux passants non concernés au départ de se poser des questions. Je ne suis pas artiste du tout mais j'avoue que le spectacle de rue m'a toujours beaucoup plus, surtout quand il avait un côté participatif envers le public.
On n'est plus juste spectateur mais on devient à son tour un acteur, et parfois doué, alors même qu'on ignorait cette capacité.
On retrouve une forme de confiance que notre société, où les rapports humains sont de plus en plus basés sur l'apparence, a tendance à nous faire oublier.


Le côté ludique et joyeux permet de aussi de contraster avec le côté austère des manifestations classiques.
D'ailleurs pour la prochaine action, je vais essayer de me trouver un nez rouge ;o)
_________________
La réalité est une illusion due à l'absence de drogues (Richard Desjardins)


Revenir en haut
DominiqueM


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2011
Messages: 171
Localisation: Grenoble

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 23:55 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Oui, et le fait d'avoir d'avoir partagé un moment ludique et joyeux peut faciliter la prise de parole chez certains, car c'est pas facile de se mettre à parler librement, comme ça, entre inconnus ...
_________________
Tu es né digne, sois indigné !


Revenir en haut
Zoe Disère


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2011
Messages: 84
Localisation: grenoble

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 09:01 (2011)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés Répondre en citant

Entièrement d'accord Sly et Dominique. Le fait de "jouer", faire sourire (voire rire) n'empêche pas le sérieux mais rapproche les gens. Évidemment il ne s'agit pas de faire ça à chaque fois mais je suis comme Dominique à penser que ça peut devenir plus facile pour certains de s'exprimer 
_________________
"Rien n'est plus fort qu'une idée dont l'heure est venue" (Victor Hugo)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:54 (2017)    Sujet du message: Les Jeux Olympiques des Indignés

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de Occupy Grenoble Index du Forum -> Bienvenue sur le forum Occupy Grenoble ! -> Salon Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom